enesfr

"Bienvenue en Anthropocène": réalisation d'une vidéo d’animation#2 Grégory Vincent, bruiteur

31 juillet 2015

Depuis 16 ans Grégory Vincent est bruiteur. Il a travaillé sur de nombreuses séries animées telles que Lucky Luke, le Marsupilami, Rahan, Oggy et les Cafards, ainsi que pour des films comme L'écume des Jours de Michel Gondry ...

Il y a quelques mois de cela nous l'avons retrouvé en studio avec Loïc Fontimpe lors du bruitage de la vidéo d'animation "Bienvenue en Anthropocène".

Le métier de bruiteur c’est quoi ?

Le métier de bruiteur est différent selon que tu travailles sur des films "Live" ou sur de l'animation.

Sur les films "Live" mon travail consiste à faire une (vi) Version international. Il faut alors raccorder avec les directs (imiter le son enregistrer au tournage) et refaire tous les sons. Tu écoutes les acteurs, l’environnement sonore, tu repères les bruits manquants. On refait les pas, les présences, le bruit des objets…. gauche à droite, le storyboarder Loïc Fontimpe et le bruiteur Grégory Vincent

Medium zLe storyboarder Loïc Fontimpe (gauche) et le bruiteur Grégory Vincent (droite)

Pourquoi ? Les bruits naturels ne sont pas assez forts dans les tournages?

Au tournage par exemple si quelqu’un marche, pose un verre et que la captation du son n’est pas bonne ou qu'il y a eu un accident, c’est à moi de reproduire à l’identique ce son. Il faut recréer le réelle.

En animation c’est différent, tu pars de zéro, c’est à toi de créer tout l’univers sonore. Comme les bruitages que je vais réaliser aujourd’hui sur "Bienvenue en Anthropocène".

Dans toutes ces valises j’ai mon matériel organisé par catégorie de son, j’ai la valise western pour Lucky Luke, les Dalton etc … J’ai la valise de bureau, de matières, de téléphones, les claviers, les gants, les cordes, les sacs à main de femme, le métal, ma grosse caisse qui me sert à faire des bruits d’ascenseurs, les jouets etc … . Chaque valise représente un univers différent, trié par catégorie de sons et par thèmes. Je trouve tous les objets dans des brocantes. A chaque fois que je me promène dans une brocante j’imagine des sons, des univers, je fais beaucoup de tests. Parfois c’est stressant de ne pas trouver les bons objets pour un film à bruiter en urgence et qu’il te reste deux brocantes à faire sous la pluie. Au final c’est passionnant, c’est juste que les bruiteurs aiment bien se plaindre (rire).

Medium fStudio d'enregistrement avec les valises contenant les objets de bruitage de Grégory Vincent

Et toutes tes valises sont dans ce studio ?

Non, j’en ai encore deux fois plus chez moi. C’est important d’avoir une grande diversité de matériel, j’ai beaucoup de chaussures par exemple. Quand tu entends un son dans un direct et que ça sonne claquant ou pas, il faut trouver le même son de talon que la nana, que le mec ou que le vigile qui est dehors.

Étant donné que j’ai beaucoup de valises il faut que je puisse préparer un film rapidement sans parcourir chacune de mes valises. J’ai mis en place une astuce mémo-technique en donnant aux valises un surnom en lien avec leurs thématiques et celui d’un film. Par exemple la valise où j’ai tous les jetons de casino, les dés, les pièces etc… elle s’appelle “La Couleur de l’Argent”, “Brazil” c’est tout ce qui est téléphone, “L’aile ou la cuisse” pour la Vaisselle, “Houdini” pour la magie etc ....

Medium dGrégory Vincent et le storyboarder Loïc Fontimpe

Juste avant d’enregistrer les bruitages est-ce que tu sais déjà quels objets tu vas utiliser ?

Pas vraiment, je n’ai pas de recette spécifique, c’est surtout au feeling. Je préfère le faire sur le moment, écouter puis ajuster en fonction.

Pour finir notre série sur la création d'une vidéo d'animation, retrouvez dans quelques jours l'interview des animateurs vidéo Sémiramis et Frédéric.

Medium rGrégory Vincent et le storyboarder Loïc Fontimpe

Medium g

Medium affiche anthropocopyright Loïc Fontimpe