enesfr

copyright: Sarah Del Ben

L'équipe Wild-Touch : portrait croisé des monteuses vidéos Sarah Sitruk et Lucile Fauron

21 juillet 2015

Sarah Sitruk et Lucile Fauron sont monteuses image et son. Elles ont travaillé en duo sur toutes les vidéos du programme pédagogique La Glace et le Ciel

Pouvez-vous nous présenter votre métier ?

Nous sommes monteuses vidéos. Nous gérons tous les rushs qui arrivent des tournages, des makings off et des événements Wild-Touch.

Qu’appelle-t-on les rushs ?

Ce sont les vidéos brutes qui sortent d’une caméra, d’un appareil photo, d’un smartphone, etc… On les importe dans un logiciel de montage comme Adobe Première Pro ou Final Cut afin de les trier et faire ressortir les vidéos les plus pertinentes (quelle est l'émotion que je ressent en voyant cette image ? est ce que ça apporte quelque choses à l’histoire que je veux raconter ? etc ) C'est en assemblant ces morceaux que l'on peut raconter des histoires. Pour cette étape nous travaillons en collaboration avec le(la) réalisateur(trice), en apportant notre vision des rushes on lui permet de prendre du recul sur son idée de départ. Il y a un vrai travail d’équipe.

Qu’est ce qui vous passionne dans ce métier ?

Sarah : Raconter des histoires et pouvoir permettre à quelqu’un qui a une idée en tête de la réaliser, lui donner les moyens de pouvoir s’exprimer, l’accompagner dans sa réflexion et monter le projet ensemble.

Lucile : Même réponse que Sarah avec en plus le côté “matériel” de la vidéo qui m'intéresse. J’aime bien le médium vidéo, car c’est un peu comme n’importe quelle matière avec laquelle on peut créer, comme de la terre ou de la peinture. On va venir couper, on va construire et c’est vraiment l’idée d’assemblage qui me passionne, comme un puzzle géant, le fait d’aboutir à quelque chose, de donner naissance à une idée.

Medium sarahSarah Sitruk, photo : Sarah Del Ben

Quelles sont selon vous les qualités requises pour ce métier ?

Être ultra rigoureux, minutieux, un peu mono maniaque (rire) et avoir une certaine sensibilité artistique. Aimer raconter des histoires et communiquer. Aimer être avec l’autre, rentrer dans son intimité, car il faut énormément parler avec un(e) réalisateur(trice) pour vraiment savoir ce qu’il a au fond de lui. Il faut être une sorte de psychologue du film.

Comment êtes-vous devenues monteuse ?

Lucile : J’ai commencé par m’orienter vers quelque chose qui n’a rien à voir avec le montage en faisant une licence d’art plastique. Pendant trois ans, j’ai travaillé avec la vidéo ce qui m’a beaucoup plus. J’ai donc décidé de faire une licence professionnelle de monteuse image et son.

Sarah : J’ai eu un coup de coeur pour l’image très tôt, au collège, où je réalisais des petites vidéos avec une vieille caméra. Je me suis donc naturellement orienté vers un BTS audiovisuel puis une licence professionnelle.

Quels sont vos rôles dans les projets Wild-Touch, les différentes étapes où vous intervenez ?

Nous avons eu pour mission de monter les vidéos d’animations et de parole d’expert pour le programme pédagogique La Glace et le Ciel ainsi qu’une petite partie des vidéos d’animations “Le Secret des Glaces”, “l’Anthropocéne” et le making-off du film “La Glace et le Ciel”. Nous avons récupéré des rushs de Luc Jacquet et de ses équipes lors des tournages en Polynésie, à Val d’Isère sur le glacier d’Aletsch …

On commence par trier tous les contenus, pour qu’ils soient accessibles, lisibles, que les formats soient utilisables par les logiciels de montage. Ensuite on derush (c’est à dire que l’on visionne toutes les vidéos) pour en faire une typologie : interviews, plans larges, plans serrés, quelle qualité, voir si on peut les utiliser. Une fois que l’on connaît toute la matière disponible, on peut attaquer le montage.

Medium lucileLucile Fauron , photo : Sarah Del Ben

Que représente Wild-Touch pour vous ?

La particularité de Wild-Touch est de réaliser des vidéos avec une attente élevée en terme d’émotion et de qualité. Ce qui était vraiment intéressant c'est que Luc Jacquet a supervisé la réalisation des vidéos : il met la barre très haute en terme de narration et de qualité des contenus. Il y a vraiment une notion d’artisanat de la vidéo. On ne fait pas dans la quantité, mais dans la qualité. L’ADN de Wild-Touch c’est aussi la volonté de sensibiliser les gens à la préservation de l’environnement via la beauté de la nature, capturer ses plus beaux moments et en faire des histoires inoubliables et pédagogiques, sans utiliser un discours moralisateur.

Pensez-vous que le projet multimédia “La Glace et le Ciel” puisse pousser les gens à changer de mentalité, de manière de vivre, afin d’être plus en harmonie avec leur environnement ?

Absolument, même si cela reste un parcours très personnel, qui nécessite un déclic. Nous espérons que “La Glace et le Ciel” sera ce déclic ! Surtout auprès des jeunes générations, qui sont pour autant très sensibles aux sujets environnementaux.

Quels sont vos projets à venir ?

Continuer ! Progresser dans la maitrise du montage ! L'expérience Wild-Touch donne envie d'aller encore plus loin. Le tout est de rester curieuses et de s'ouvrir au monde qui nous entoure !

En général, c'est les rencontres que tu fais sur différents films qui vont t’amener à travailler sur d'autres projets et ainsi de suite. On veut aussi être curieuses et travailler sur d’autres thématiques que celle de la nature, pour ne pas se fermer des portes et se laisser l’occasion de découvrir d’autres choses.