enesfr

"Bienvenue en Anthropocène" : réalisation d'une vidéo d’animation#1 Loïc Fontimpe, Storyboarder

29 juillet 2015

Loïc Fontimpe est storyboarder, il a travaillé sur de nombreux projets Wild-Touch. Il a dessiné les storyboards des films “Il Était une Forêt” et “La Glace et le Ciel". Dans le cadre du programme pédagogique La Glace et le Ciel, il a réalisé le court métrage d’animation Le Secret des Glaces, ainsi que la vidéo d’animation "Bienvenue en Anthropocène".

Il y a quelques mois de cela nous avons suivi Loïc Fontimpe et son équipe d'animateurs lors de la création de "Bienvenue en Anthropocène" afin de vous faire découvrir les différentes étapes de la réalisation d’une vidéo d’animation.

L'Anthropocène c'est quoi ?

Bonjour Loïc, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Loïc Fontimpe, je suis dessinateur, storyboarder et réalisateur de film d’animation.

Des mots pour décrire ton métier ?

Narration par l’image, imagination, regard, composition.

Quelles sont les qualités requises ?

Il faut être capable de traduire des idées par l‘image, donc avoir quelques compétences techniques en dessin et en mise en scène également. Quand tu dessines pour des réalisateurs, il est capital de savoir à la fois écouter et questionner pour bien cerner leurs intentions et si nécessaire, faire des propositions. Quoi qu’il en soit , être au plus juste du film qu’ils imaginent. Lorsque je suis réalisateur, je pars cette fois de la feuille blanche pour développer mon propre récit. Je dois écrire et mettre en forme, c’est à dire définir une suite d’éléments visuelles et sonores qui vont former ensemble un film

Qu’est-ce qui te passionne le plus dans ton métier ?

La diversité des projets. Chaque projet est une aventure différente. L’essentiel est de choisir une approche pertinente pour faire passer l’idée souhaitée. Dans mon métier, je ne fais jamais deux fois la même chose, c’est excitant. Surtout dans le cadre des projets Wild-Touch où, en plus de l’histoire, s’ajoute un thème fort (le changement climatique) qui peut être scientifiquement complexe ou pointu, et donc délicat à présenter. C’est un vrai challenge que de rendre compréhensibles et attrayantes ces données, tout en faisant attention à ce qu’elles ne perdent pas de leur véracité.

Peux-tu nous décrire le projet sur lequel tu travailles ?

Actuellement je travaille sur une courte vidéo d’animation qui a pour thème l’Anthropocène. Avec un certain décalage, mais sans jugement, le film expose rapidement l’histoire de l’humanité et comment celle-ci agit sur le monde qui l’entoure au départ par simple nécessité de survie. La question de l’impact des activités de l’Homme sur l’environnement est bien sûr là en perspective. Le film s’achève sur un homme face à ses mains. Une fin ouverte qui nous l’espérons laissera les spectateurs dans une réflexion sur notre rapport au monde et notre Histoire. Quelle est notre place sur cette Terre ? Quelles sont les répercussions de notre activité humaine sur la planète, les autres espèces, la biodiversité, les écosystèmes…. ?

Cette vidéo s'intègre dans le programme pédagogique La Glace et le Ciel de Wild-Touch , qui s’intéresse au changement climatique et à l’Anthropocène, nous les hommes qui transformons de plus en plus notre planète.

Medium 2Storyboard et dessins de recherche

Un attrait personnel pour le sujet traité par le métaprojet “La Glace et le Ciel” de Wild-Touch ?

Avant de travailler pour Wild-Touch sur « La Glace et le ciel », je ne connaissais pas véritablement le sujet, je n’avais aucune connaissance en glaciologie, je ne savais même pas que cette science existait (rire). C’est aussi cela qui me passionne, l’apprentissage permanent et la découverte de nouveaux sujets.

Ce qui est intéressant dans le métaprojet La Glace et le Ciel, c’est de comprendre à quel point l‘ équilibre du monde naturel et l’équilibre de l’humanité ne font qu’un. C’est un écosystème, par définition ses acteurs sont interdépendants mais plus l’homme est puissant plus il semble en perdre conscience ou vouloir le nier. Il est fondamental de savoir comment les acteurs du monde interagissent et comment les équilibres se font et se défont. Tout cela est impressionnant de complexité.

Penses-tu que l’animation devrait être un outil plus utilisé pour la pédagogie ?

Plus utilisé je ne sais pas, quoi qu’il en soit c’est un très bon outil pour communiquer sur la science auprès d’un public non scientifique, qu’il soit jeune ou pas. J’essaye de rendre mes animations accessibles à tout âge.

Quel est la force d’un film d’animation par rapport à un film “classique” ?

Je pense que le dessin est plus universel et plus direct que l’image en prise de vue réelle, il a un plus fort pouvoir d’abstraction. Après ce n’est pas mieux juste différent.

Medium deddeLoïc Fontimpe et les animateurs vidéo

Quels sont les différentes étapes de la réalisation d’une vidéo d’animation? Les difficultés rencontrées ?

Plusieurs acteurs interviennent tout au long du processus de création de cette vidéo d’animation. Tout d’abord Luc Jacquet et Vincent Demarthe, qui sont les producteurs de ce projet, apportent leur regard artistique. Ils encadrent mes propositions et les valident ou non. Ismael Khelifa et Laurent Desse interviennent sur la pédagogie et l’exactitude des propos scientifiques en lien avec des chercheurs du CNRS qui valident tous nos contenus. Sarah Del Ben, qui réalise les autres vidéos pédagogiques, apporte un regard bienveillant pour faire en sorte qu’il y ait une cohérence globale des contenus.

1) Je pars d’une idée définie avec Luc, Vincent et l’équipe pédagogique qui illustre le message qu’ils souhaitent faire passer à travers la vidéo. Ici le point de départ était de montrer que l’homme à force de se développer, et de gagner en puissance, est devenu lui-même une force géologique pour la planète.

2) Je cherche une approche pour développer au mieux l’enjeu narratif : dessin, graphisme, photo montage, 2D, 3D ... Pour la vidéo de l’Anthropocène j’ai fait plusieurs propositions. Finalement nous avons choisi ensemble de partir sur des dessins animés, épurés, simples : des formes très symboliques avec un côté un peu décalé. On voulait que les spectateurs découvrent la vidéo avec une curiosité naïve, sans que le message soit pesant.

3) C’est l’écriture du scénario, de la voix off et du storyboard, avec des allez-retours entre ces trois écritures. Il faut composer avec tout ces éléments pour que le récit trouve progressivement sa voie. J’essaie de trouver des propositions visuelles et sonores pertinentes pour que le récit glisse d’une situation à l’autre. Après, plusieurs aller-retours on sait où l’on va.

4) La production commence. Nous avons recruté des animateurs à qui je distribue les plans que j’ai préparé en fonction de leur spécialité tout en leur donnant suffisamment d’espace pour que leur talent s'exprime. On réajuste certaines idées pour que les plans fonctionnent bien. Nous discutons beaucoup, pour arriver au résultat souhaité. Je joue un peu le rôle d’un chef d’orchestre et eux doivent jouer la partition qu’on a préalablement écrit.

5) Une fois que l’animation des plans est achevée, vient ensuite la post-production. Il faut coordonner les dessins avec des sons et de la musique pour donner vie au film. Le montage, les bruitages, la composition de la musique, le mixage, l’étalonnage. Ici nous sommes plus proche de la fabrication d’un film classique.

Medium dedzzz

Quelles sont tes sources d’inspirations ?

Tout dépend de la nature du projet. Pour cette vidéo d’animation je me suis inspiré de Bill Plympton un animateur américain autodidacte célèbre pour son univers foisonnant et torturé ! Il a fait beaucoup d’animations autour de la rencontre amoureuse du corps et de leur métamorphose. Son style est grouillant, très organique. Je me suis inspiré de sa technique, pour obtenir un trait qui soit en accord avec la thématique de l’évolution de l’humanité. Dans l’écriture j’ai essayé d’amener d’autres influences plus évidentes, de m’inspirer d’images et de tableaux connus, pour donner au film quelque chose d’universel. Ex : le cri de Munch, les peintures rupestres...

Medium vfvfvffvf

Ta touche favorite pour faire passer un message, quel angle aborder ?

Je crois beaucoup au découpage. Lorsque tu juxtapposes deux images, le spectateur créé inconsciemment des liens entre elles. C’est lui qui créé l’histoire en quelque sorte. C’est l’effet Koulechov. Le cinéma c’est BEAUCOUP ça. Par exemple dans la vidéo il y a un plan sur des hommes préhistoriques qui sont cernés par des prédateurs. Puis un plan subjectif sur deux mains d’homme. L’une à la suite de l’autre ces deux images vont raconter quelque chose, le spectateur va les associer pour leur donner un sens, c’est le début d’une histoire !

Medium fhgjPhase d'animation vidéo des storyboards

Speed drawing d'une séquence d'animation par Loïc Fontimpe

Medium affiche anthropocopyright Loïc Fontimpe