enesfr

Rencontre avec Loïc Fontimpe, storyboarder de Luc Jacquet

Par L'Equipe Wild-Touch27 octobre 2014

Apprendre en s'émerveillant. Avec le programme pédagogique "La Glace et le Ciel" nous avons souhaité immerger le grand public au coeur de l'Antarctique, aux côtés de l'emblématique glaciologue Claude Lorius, à la découverte des secrets des glaces. 

Ainsi, afin de vous faire vivre cette grande aventure des pionniers de la glaciologie, nous avons proposé à Loïc Fontimpe, storyboarder de Luc Jacquet, de créer et réaliser des courts métrages animés. Plus de trois mois de travail ont été nécessaires, une équipe de 5 personnes et... plusieurs litres de café ! Loïc Fontimpe revient pour nous sur cette aventure.

Bonjour Loïc, peux-tu te présenter ?

Mettre en image, des idées, des mots, des histoires me passionne.

Depuis une dizaine d’années, je dessine des storyboards pour des projets de long-métrage, de films publicitaires ou de vidéo-clips. En parallèle à cette activité, je réalise ponctuellement des courts-métrages, l’occasion d’entrer dans un processus créatif plus complet.

Qu'est ce qu'un storyboard et comment en es-tu venu à en faire ton métier ?

Un storyboard : c’est d’abord un drôle de nom qui désigne quelque chose qui est souvent mal connu. Le storyboard est une suite de dessins qui participe à la fabrication d’un film. Il apporte un éclairage sur le scénario avant le tournage. Le réalisateur ou la réalisatrice utilise cet outil pour préciser ses intentions, qu’elles soient narratives, artistiques ou encore techniques. Tout devient plus évident avec un dessin sous les yeux. Le storyboard va définir les plans à tourner et ce qu’ils contiennent : situations, décors, ambiance, déplacements des personnages, position de la caméra, cadrage. C’est un outil de mise en scène employé sur la préparation d’un film.

J’ai fait des études en Arts appliqués et en audiovisuel. Le storyboard s’est imposé comme une évidence : au croisement du dessin et de la mise en scène.

Ce n'est pas ta première COLLABORATION avec Luc Jacquet. En quoi cette aventure "la Glace et le Ciel" est-ELLE spéciale ?

Le métier de storyboarder m’amène à travailler sur des projets très différents. Parfois une complicité et une confiance s’installent sur le long terme avec certains auteurs. J’ai rencontré Luc Jacquet pour son film Il Etait une forêt. Puis il m’a proposé de continuer sur le film suivant  "La Glace et le ciel". Ce qui est particulièrement passionnant avec Luc Jacquet, c’est qu’il arrive toujours avec des projets atypiques. On sort des sentiers battus et du cinéma classique. Pour un storyboarder, ses films et ses propositions sonnent comme un défi. Comment rendre cinématographique la vie d’un arbre ou un morceau de glace ? Comment mettre en images des univers si particuliers ? Pour moi, travailler sur ses films est aussi l’occasion de redécouvrir le monde à travers l’œil de grands scientifiques. Je ne connaissais à peu près rien sur les forêts tropicales primaires, ou sur la science de la glaciologie avant de travailler sur ces deux films. A présent, je trouve ça passionnant.

Luc Jacquet et Vincent Demarthe, son producteur, ont dû sentir mon engouement. Ils m’ont ensuite proposé de réaliser des courts-métrages d’animation sur les expéditions de Claude Lorius. Je ne pouvais que répondre oui !

Peux-tu nous raconter comment tu as travaillé sur ces courts-métrages d'animation ? En quoi cela est différent de ton métier quotidien ?

Luc Jacquet avait déjà réalisé une longue interview d’une centaine de pages avec Claude Lorius. Je suis parti de là pour écrire une suite de séquences qui pourrait résumer son incroyable parcours en seulement quelques minutes. J’avais deux lignes directives : rendre visible un cheminement scientifique complexe et amener le spectateur à ressentir les conditions de vie totalement démentes que Claude Lorius a connu en Antarctique. Le film d’animation était le support idéal pour transmettre cela simplement.

Une fois le scénario et le storyboard validés, le film est passé en phase de production. J’ai fabriqué les dessins en collaboration avec un second dessinateur. Puis trois animateurs se sont chargés de leur donner vie. En parallèle, il fallait aussi construire entièrement la bande-son. Un sound-designer s’est chargé de reconstituer tout un univers. La musique quant à elle devait apporter une note épique et incarner l’intuition scientifique qui habite Claude Lorius sur toutes ces années. Enfin, le plus compliqué a sans doute été l’écriture et l’enregistrement de la voix off. Elle est la colonne vertébrale de ce récit que l’on voulait pédagogique.

Fabriquer un film est une entreprise bien plus complexe que de dessiner un simple storyboard. C’est aussi ce qui en fait le charme. Luc et Vincent m’ont témoigné une grande confiance en me proposant de faire ces films.

Toi qui as travaillé sur le prochain film de Luc Jacquet, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ?

C’est un film environnemental, mais aussi un grand film d’aventure à mon sens.

La vie de Claude Lorius en Antarctique est vraiment une belle histoire, elle s’inscrit dans l’Histoire du vingtième siècle. L’écho qu’elle renvoie au monde d’aujourd’hui est fascinant.

À propos de l’auteur

L'Equipe Wild-Touch

Haut de page